ACTUALITE | Agir comme les entrepreneurs dans les grands groupes, c’est possible!

Le strategy crafting (ciseler la stratégie) prend à rebours la stratégie classique prédictive et en corrige les défauts intrinsèques

http://www.dreamstime.com/royalty-free-stock-photos-pottery-wheel-image649518Que nous apprennent les entrepreneurs qui ont réussi ? Qu’il est nécessaire de ciseler sa stratégie dans un flux continu et itératif entre réflexion et action.

Prenons l’exemple d’une entreprise industrielle confrontée à un changement profond de business modèle : le passage à des petites séries de production associé à une visibilité commerciale réduite. Cette mutation implique d’adapter tous les flux de production, mais aussi les services support, qui devront travailler la nuit.

Dans un premier temps, cette entreprise a mené une démarche de stratégie classique prédictive. Elle a défini une cible stratégique idéale, en s’appuyant sur les prévisions théoriques à 5 ans. Dans cette nouvelle organisation cible, 30% des effectifs travaillent la nuit et les modes de management sont profondément remaniés. Résultat : au moment de la mise en œuvre, les opérationnels s’aperçoivent que cela implique un plan de licenciement pouvant aller jusqu’à 50% des personnes et un chamboulement profond et durable de l’ensemble de l’organisation, qui met en risque la continuité immédiate du business.

Le strategy crafting renverse l’approche : pour accompagner les évolutions du business modèle, il s’appuie sur les ressources de l’entreprise, en l’occurrence l’organisation existante.

Dans le cas de cette entreprise, trois éléments ont été mis en place :

  • Concernant la mutation des métiers, un plan d’évolution des compétences partagé, combinant les souhaits des personnes et les besoins de l’entreprise, a été élaboré.
  • Le nombre de personnes devant passer en horaire de nuit à court terme a été quantifié : autour de 5%. Ainsi, il a été possible de gérer ce passage à la nuit progressivement et sur la base du volontariat.
  • Plusieurs pilotes ont été déployés pour tester les nouveaux processus de travail et les nouveaux horaires : les remontées ont été prises en compte pour ajuster et améliorer en continu le modèle.

Pourquoi le strategy crafting fait la différence ?

  • 1er élément : le coût.
    Le strategy crafting est moins coûteux parce qu’il gère les ruptures de manière progressive. La rupture brutale induite par la stratégie classique prédictive entraîne au contraire des coûts de restructuration et un impact social colossaux, tout en désorganisant profondément l’entreprise et en mettant en risque la continuité du business à court terme !
  • 2ème élément : la réussite.
    Le changement de business modèle, qui est par nature incertain, a plus de chances de réussir avec une approche pragmatique, tournée vers l’action, qui s’appuie sur les réalités du terrain, via des pilotes, et qui s’adapte en permanence.
  • 3ème élément : l’action.
    Il est préférable d’agir rapidement à partir d’éléments factuels existants, que de réfléchir « en chambre » à partir de prévisions fausses. Dans notre exemple, les calculs qui fondaient la stratégie prédictive initiale s’appuyaient sur des projections théoriques à 5 ans. Et ce sont ces savants algorithmes qui avaient fondé le passage à la nuit de 30% des effectifs !

Fluidité et créativité sont l’essence même du strategy crafting

Le strategy crafting (ciseler la stratégie) combine réflexion et action dans un processus fluide d’apprentissage itératif à travers lequel les stratégies créatives évoluent. Le strategy crafting évoque le travail de l’artisan, son savoir-faire, sa créativité, son sens du détail et de la perfection, sa connaissance approfondie de la matière qu’il façonne. Cette approche est aussi différente de la planification rationnelle, que l’art est différent de la standardisation.

Pour en savoir plus, voir « crafting strategy » de Henry Mintzberg

ShareShare on Google+Email this to someoneShare on LinkedInShare on FacebookTweet about this on Twitter