ACTUALITE | Décembre 2016 –  Faut-il enterrer les applications natives ? 

A l’heure où l’utilisation des smartphones a dépassé celle des ordinateurs, l’avenir des applications mobile est plus qu’incertain. Sur la plateforme Android, 77% des possesseurs de smartphone abandonnent leur application après seulement 3 jours. Google aurait-il trouvé le secret pour contrer ce phénomène et reconquérir les utilisateurs ?

Progressive Web App Silamir

Progressive Web Apps, quèsaco ?

Propulsées initialement par un ingénieur de chez Google en 2015, elles sont accessibles via les navigateurs mais comportent tous les avantages d’une application mobile :

  • Gestion du offline
  • Synchronisation des données en arrière-plan
  • Expérience utilisateur fluide
  • Affichage des notifications

Et le tout sans téléchargement :

  • Pas d’engagement et de gros espace de stockage nécessaire côté utilisateur
  • Pas d’attente de publication sur les stores pour les clients

Un nouveau souffle sur l’UX

Plus que de la fluidité, les Progressive Web Apps tendent vers les interfaces naturelles. Lorsque l’on explore paperplanes.world par exemple, on plie son avion en papier en rabattant les coins avec ses doigts, et on l’envoie dans les airs en propulsant son téléphone vers l’avant avec un savoureux goût d’enfance.Avion Silamir

Et concrètement, quel impact côté coût et développement ?

Plus qu’une application, les Progressive Web Apps fonctionnent sur le web, donc aussi sur votre ordinateur.

Côté développement, les technologies sont plus souples et les maintenances moins coûteuses. Nul besoin de multiplier les développements pour s’adapter aux différents devices ou de publier sur différents stores pour avoir une portée internationale.

De plus, étant disponibles via un navigateur, les Progressives Web Apps vous libèrent des règles de l’App store…

Si vous souhaitez en adopter une, n’hésitez pas à nous contacter !

Laetitia Chenuc, Expert UX designer chez Silamir

ShareShare on Google+Email this to someoneShare on LinkedInShare on FacebookTweet about this on Twitter